Retour Accueil

Méditation 158

 

 

RetourAccueil

 

  Horloge flash

 

*****
 

Merci de voter pour ce site

 

*****
 

 

 

 

 

 

Néhémie 8/10

Le fête et la joier

10  Ils leur dirent: Allez, mangez des viandes grasses et buvez des liqueurs douces, et envoyez des portions à ceux qui n'ont rien de préparé, car ce jour est consacré à notre Seigneur; ne vous affligez pas, car la joie de l'Eternel sera votre force.

On peut dire que Dieu a le sens de la fête.

C'est lui qui avait institué pour le peuple d'Is­raël toutes sortes de festivités qui étaient l'occasion de rendre un culte à l'Eternel.

Le verset cité plus haut a été prononcé par les chefs d'Israël lors de la fête la plus joyeuse du calendrier juif: la fête des taber­nacles.

C'était pourtant une période trouble de l'histoire du peuple de Dieu:

Israël rentrait de l'exil à Babylone, les murailles de Jérusalem venaient d'être reconstruites, mais la situation était encore bien précaire. Et cependant, Israël est invité à se réjouir, à ne pas s'affliger.

Cette exhortation nous concerne également. Aux Philippiens,

Paul écrit: Réjouissez-­vous toujours dans le Seigneur, je le répète, réjouissez-vous

Il ne s'agit donc pas de se réjouir uniquement dans des occasions spéciales, les fêtes de fin d'année par exemple, mais en tout temps.

1 Pierre 1/6 à 9.

6  C'est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu'il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves,

7  afin que l'épreuve de votre foi, plus précieuse que l'or périssable qui cependant est éprouvé par le feu, ait pour résultat la louange, la gloire et l'honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra,

8  lui que vous aimez sans l'avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore, vous réjouissant d'une joie ineffable et glorieuse,

9  parce que vous obtiendrez le salut de vos âmes pour prix de votre foi.

Raisonnablement, est-ce possible? Oui, certainement si nous considérons que Dieu lui-même doit être à la fois la source et le sujet essentiel de notre joie.

C'est une joie qui est le résultat de notre communion, de notre intimité avec Dieu.

D'autre part, ne laissons pas ternir en nous la joie du salut.

Soyons constamment enthousiasmés par cette grâce que Dieu nous a accordée avec abondance: nos péchés passés sont effacés, oubliés, pardonnés.

Désormais il n'y a plus de condamnation à redouter.

Nous sommes promis à la gloire, à la félicité, au bonheur éternel.

Ce n'est pas un rêve, c'est une réalité, une certitude!

Je ne sais de quoi l'année nouvelle sera faite, mais je sais que le Seigneur sera avec nous en toute circonstance.

Alors, fort de cette conviction, je vous souhaite une bonne journée dans le Seigneur!